• Accueil
  • > Recherche : seikatsuhogo rsa

Résultats de votre recherche

Pas d’aide sociale pour les étrangers

Posté par tokyomonamour le 20 octobre 2010

Le pourfendeur du racisme et de la discrimination au Japon, Arudou Debito, un américain naturalisé japonais journaliste free lance façon SOS racisme local, présente aujourd’hui un article du Mainichi très intéressant.

Le tribunal de Oita (Kyushu) vient de rendre la première décision concernant l’attribution de l’aide sociale minimale (seikatsuhogo, sorte de RSA) aux résidents étrangers permanents. Décision claire qui fera sûrement jurisprudence : les étrangers devront se démerder par eux mêmes !

D’abord un mot sur le statut de résidence permanente : Pour un étranger, c’est la carte de séjour ultime, qui permet de rester indéfiniment sur le territoire en faisant ce que l’on y veut. Ce statut peut être obtenu par les immigrés ayant vécu au minimum 10 ans dans l’archipel et ayant l’intention d’y vivre jusqu’à leur mort (hone wo uzumeru kakugo de, « avec l’intention d’y enterrer ses os », très belle expression que mon beau père m’a balancé quand j’ai demandé la main de sa fille…). Il existe également un statut de résident permanent spécial attribué aux descendants des habitants des colonies, coréens, chinois et métis notamment (les harkis japonais) mais qui permet lui, bénéficier de l’aide sociale. Les remords du vaincu sans doutes…

Mais pour les autres, c’est peanuts. La vieille chinoise de 78 ans qui, bien malgré elle, vient de marquer l’histoire sociale des immigrés au Japon devra se débrouiller autrement pour continuer à vivre sur place. Le tribunal a en effet assimilé l’attribution de l’aide sociale minimale de vie aux étrangers à une forme de « don » ou de « charité » qui serait contre l’esprit du système. Contrairement à la France, qui distribue ses richesses de façon très libre aux étrangers résidant sur son territoire, même de façon illégale, le Japon à donc décidé, de façon ferme et probablement définitive, de réserver son système de solidarité aux détenteurs de la nationalité japonaise. Point barre.

Décision de bon sens. Ceux qui veulent bénéficier de la solidarité d’une communauté, qu’elle quelle soit, doivent en faire partie. Les invités restent tributaires du jugement de leurs hôtes.

Publié dans Politique | 11 Commentaires »

 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance