La Drogue au Japon

Posté par tokyomonamour le 31 août 2010

C10H15N, diluants à peinture, marijuana … Le triptyque des drogues les plus usitées au Japon.

Le Japon est connue pour avoir peu de ressources naturelles. C’est faux. Le Japon a longtemps été exportateur de minerais (or et argent) pendant l’époque d’Edo, il a exploité du pétrole à l’ère Meiji et taisho et sa géographie naturelle en fait un pays riche de la plus précieuse des ressources futures: l’eau.

Le Japon, doté pourtant d’une foisonnante végétation, n’est cependant pas riche de plantes psychotropes. A la différence de l’Afghanistan et de son pavot, de la Colombie et de sa coca ou du Maroc et de son cannabis, historiquement et culturellement, les japonais n’ont jamais (à ma connaissance du moins) cultivé de stupéfiant naturel.
C’est peut-être la raison pour laquelle un japonais, Akira Ogata , a inventé la métamphétamine en 1919. D’abord utilisé comme stimulant militaire, tant par les japonais que par les allemands, elle fut interdite après guerre pour ses effets secondaires. La métamphétamine… Principale composante des « stimulants » (kakuseizai) . C’est celle dont on parle le plus dans les médias et dans les cercles pensant le bien public dans le pays. Régulièrement, des stars du show business se font arrêter pour consommation de met. On dit que la Corée du Nord est l’un des principaux producteurs de la met (Regardez la série Breaking bad pour plus de détails sur ce produit si particulier) consommée au Japon mais rien d’officiel là-dessus.

Argot notable: philopon, du nom du produit commercialisé par le fabricant de met militaire durant la guerre, Dainippon Sumitomo Pharma Co.,Ltd., une filiale du zaibatsu Sumitomo…

Le diluant à peinture. La drogue du pauvre, du déclassé, du lycéen yankee ou du jeune bosozoku. Consommation très large impossible à recenser. Les produits sont certes contrôlés, mais largement utilisés dans l’industrie.

Argot notable désignant les consommateurs: Anpan (le consommateur met le diluant dans un sac qu’il inhale ensuite. On dirait alors qu’il est en train de manger un anpan, un gâteau aux haricots rouges local…).

Enfin la majijuana. Très peu répandue jusqu’à récemment, elle a connu un bond de la consommation depuis quelques années. Les chiffres du livre blanc du ministère de la justice montrent une augmentation de la consommation de 14% par rapport à l’an dernier avec 4000 cas recensés contre une baisse de 10% pour la met avec 18 000 cas recensés.
En 2008, deux Sumos d’origine russe se sont fait tapé sur les doigts pour avoir consommé de l’herbe. Ils ont été expulsé de la fédération de sumo pour avoir porté atteinte à l’honneur du sport national et, malgré la procédure d’appel, ont été débouté en avril 2010…

Argot d’usage: Choko (par ce que ça ressemble à un carré de chocolat) pour le shit et Happa pour l’herbe (traduction littérale).

Les débats publics sur la drogue au Japon sont dogmatiques, sans nuances, basés sur une approche moraliste et autoritaire du bien public. Ni la loi, ni la pratique ne fait de différence entre consommation et revente et si, à la différence de la Thaïlande ou vous risquez la peine de mort pour avoir dealer, vous ne serez pas pendu, vous risquez tout de même de la prison ferme, puis l’expulsion du pays (le principe de la « double peine » ne fait pas débat ici). Un conseil donc pour les étourdis: n’oubliez pas un sachet d’herbes au fond de votre sac avant de venir visiter le Japon… Vous pourriez le regretter.

Publié dans Société | 2 Commentaires »

Samurais et Chevaliers: Même combat

Posté par tokyomonamour le 30 août 2010

Ma première expérience d’interprétariat simultané fut un véritable enfer. Printemps 2005, département de Chiba au musée départemental… Ma partenaire m’a lâchée 10 mn après le début de la prestation en état de panique avancée (c’était elle aussi sa première expérience) et j’ai du me taper les 8 heures restantes tout seul, dans les deux sens, japonais et français. Un vrai traumatisme… Bref, le thème de cette première mission: un colloque de chercheurs sur l’histoire médiévale comparée de l’Europe et du Japon.

En gros, le séminaire tournait autour des comparaisons entre châteaux médiévaux japonais et européens, codes du chevalier et bushido, armements avec la symbolique de l’épée et du katana… Un contenu vraiment intéressant. Mais le problème avec l’interprétariat simultané, c’est qu’on ne se souvient plus très bien de ce que l’on a traduit après coup. C’est dommage par ce que j’aurais sûrement eu bien plus de choses à  dire si mes neurones mémoire avaient fonctionné en fonction stockage de données. Mais bon, je me rappelle de la conclusion quand même: énormément de similitudes entre l’histoire des systèmes politiques et des classes guerrières… Tant au niveau de la naissance de la classe guerrière en opposition à un pouvoir central, de sa structuration autour de fiefs indépendants puis de leur union sous la férule d’un « Roi », de la mise en place d’un code de conduite commun permettant de sacraliser la fonction guerrière de commandement, de la symbolique de l’épée comme arme mystique (symbole de la croix chrétienne pour les uns, de l’âme immatérielle pour les autres) et de plein d’autres trucs que j’ai malheureusement oublié.

Sans se limiter à l’ère médiévale, les similitudes socio-historiques entre Europe et japon sont frappantes. L’extraordinaire développement du Japon durant l’ère Meiji (Le Japon fut le seul pays d’Asie et même dans le monde, ayant réussit à suivre les pays européens dans leur développement industriel et colonial) se basait ainsi sur 2 phénomènes majeurs partagés avec l’Europe.

- La naissance d’une classe guerrière dominante ayant supplanté les gestionnaires de l’empire pour prendre le pouvoir et imposer ses valeurs. Au Japon, elle nait à la fin de l’époque de Heian (12ème siècle), à peu de chose près (1 ou 2 siècles quoi…) au même moment qu’en Europe.
- La naissance d’une bourgeoisie forte durant l’époque d’Edo (17ème/19ème siècle) soit au même moment que dans la majeure partie des pays de l’Europe occidentale, ayant donné naissance à quelques unes des plus grandes maisons de commerce et Zaibatsu (Mitsui, Sumitomo) perdurant jusqu’à nos jours.

Ce n’est donc pas un hasard si le Japon fait aujourd’hui parti des pays industrialisés, ce n’est pas un hasard s’il a mené une politique coloniale l’ayant conduit dans les méandres sanguinaires de la politique mondiale et ce n’est pas un hasard non plus si, à l’instar de nombreux pays européens, il entre maintenant dans une douce décadence en laissant la place à d’autres pays qui eux, n’ont pas suivi la même voie, d’autres pays qui sont peut-être plus adaptés aux mouvements de l’époque, aux nouvelles technologies et à « l’air du temps »… Le Japon a suivit l’Europe dans son expansion mondiale, il la suivra également dans sa chute.

Quant à la question, cruciale s’il en est, de savoir qui est le plus fort entre le chevalier normand en armure de plates brandissant son espadon et le samurai de Kamakura en armure de cuir bouillie et cotte de mailles assortie jouant du katana… Je ne crois pas que la question ait été abordée durant ce colloque très sérieux, mais à mon avis, il n’y a pas de doutes: le samurai pète les dents au normand.

Publié dans Personnel, Politique | 8 Commentaires »

Toyo Keizai Shimbun Dossier spécial immobilier/BTP

Posté par tokyomonamour le 30 août 2010

Le Toyo Keizai Shimbun de cette semaine propose un dossier spécial spécial sur l’immobilier et le BTP (le magazine propose régulièrement des dossiers sur l’immobilier et la construction, ils doivent avoir de bonnes connections dans la filière).
A lire notamment un article sur le devenir des infrastructures du pays dans les 30 prochaines années. On découvre que, d’après les chiffres du livre blanc du ministère de l’aménagement du territoire, en 2037 et au rythme de dépenses et de construction actuelles, le pays n’aura plus les moyens d’entretenir son réseau routier et ses équipements de transports, ports, aéroports régionaux etc. Le prix de la rurbanisation et du bétonnage irréfléchi des années de la croissance éternelle… Des barrages qui ne servent à rien, des autoroutes empruntés par 100 véhicules dans la journée, des aéroports sans compagnie les desservant…
A mon avis, il ne faudra pas attendre 30 ans pour commencer à voir l’effondrement de nombreuses de ces infrastructures en région. En période de crise, les populations se rassemblent dans les pôles urbains ou dans les villages agricoles viables. Le télétravail et le développement d’internet se sera pas suffisant pour inverser cette tendance lourde de l’histoire. Les amateurs de ruines pourront se régaler de paysages abandonnées, de routes défoncées et de barrages fissurés dans les 10 et 20 prochaines années.

Publié dans Immobilier au Japon | 2 Commentaires »

Smoke on the water et les pompiers d’Edo

Posté par tokyomonamour le 29 août 2010

Image de prévisualisation YouTube

Deep Purple et son plus grand chef d’oeuvre, Smoke on the Water, reprit par une troupe de No avec un orchestre classique derrière… Ca pourrait être un pastiche kitch et ridicule mais c’est, tout simplement, une extraordinaire adaptation musicale. Les paroles ont également été adpatées, le refrain étant devenu « Oedo no hikeshi », les pompiers du grand Edo…  C’est quand même la classe de faire une adaptation des paroles dans l’esprit japonais…

En passant:

Les pompiers d’Edo, organisation créee au 17ème siècle par les autorités gouvernementales d’Edo, se sont développés en groupes très organisés composés tout d’abord de samourais, cad des fonctionnaires du gouvernement, puis peu à peu, de membres issus de la « société civile », des secteurs de la construction, charpentiers, Tobi et autres ouvriers. A l’époque la méthode pour stopper les feux dans la capitale était la suivante: détruire tous les bâtiments adjacents au sinistre pour éviter la propagation, puis s’occuper d’éteindre l’incendie… C’est un peu radical mais il fallait bien ça pour protéger Edo, l’une des plus grandes villes du monde au 19ème siècle (déjà! )avec une population avoisinant probablement les 1 millions d’habitants, dont tous les bâtiments étaient alors construits en bois.

Publié dans Personnel | 2 Commentaires »

Achat d’une maison: Récits vécus

Posté par tokyomonamour le 28 août 2010

Voici deux articles de récits vécus concernant l’ achat d’une maison au Japon par deux francophones: Ma tasse de thé et Super Dupont.

Le premier sur un blog mort, ou qui semble l’être malheureusement, décrit en 4 posts les étapes de la recherche et de la vente d’une maison en banlieue de Tokyo.
Le second sur Wiki, décrit de manière assez humoristique les péripéties de super Dupont sur le chemin de la propriété.

Outre les informations pratiques, c’est surtout le regard des acheteurs sur les biens, les agents immobiliers et les procédures qui sont intéressants. Les récits de vie, c’est toujours un bon complément d’infos pour comprendre comment les choses se passent.

Publié dans Immobilier au Japon | Pas de Commentaire »

12345
 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance