Tokyo brûle-t-il?

Posté par tokyomonamour le 18 mars 2011

Je me souviens, dans mon enfance, avoir aimé regarder ces animes et autres films apocaplyptiques japonais, Akira et Godzilla en tête, décrivant le plus souvent un Tokyo en ruine et en feu, ravagé par la guerre, les aliens ou les monstres radioactifs de la fosse des Mariannes, autant d’images réminiscentes des bombardements de la seconde guerre mondiale encore très vivantes dans l’imaginaire collectif à l’époque… Je ne me serais pourtant pas imaginé devoir y faire personnellement face un jour. Non rassurez-vous, Tokyo ne brûle pas… Pas encore du moins. Mais les ravages  »immatériels » qui vont s’abattre sur le pays feront sans doute plus de dégâts que Mothra et compagnie.

Ceux qui me lisent savent que je pressentais une nouvelle vague de globalisation au Japon, avec une augmentation de l’immigration qualifiée, une globalisation des cadres des firmes japonaises, et une nouvelle approche de sortie de déflation à travers, justement, cette politique de globalisation. Les faits me confortaient dans ma vision.

Dans le secteur de l’immobilier d’entreprise par exemple, plusieurs sociétés japonaises tentaient une redynamisation du marché à travers la « barbell strategy » (stratégie de l’haltère)= stratégie d’investissement ne comportant que deux composants, des investissements high risk, high return d’un côté, et low risk, low return, de l’autre. Les premiers étant concentrés en Chine et en Asie (fort taux de croissance mais risques politiques, voir insurectionnels forts) et les seconds au Japon (faibles rendements mais stabilité politique et juridique). Mais voila, le hic, c’est que cette stratégie avait très largement sous estimé le risque naturel et technologique, potentiellement énorme au Japon. La nature s’invite dans le jeu et le vendredi 11 mars 2011, cette potentialité est devenue une bien amère réalité, avec en prime, une catastrophe nucléaire extrêmement grave et une probable irradiation de Tokyo dans un très proche avenir… 

 Image de prévisualisation YouTube

Radiation Mighty Day! Enjoy.

Tokyo concentre 40% du PNB nippon et 30 millions de personnes y vivent (dont moi), une irradiation, même mineure, va entrainer des conséquences immédiates, tant économiques qu’humaines. Les entreprises étrangères ont déjà déménagé leurs bureaux, à Hong Kong pour la plupart. Combien reviendront même si la contamination est faible? Les ambassades commencent à migrer ves Osaka (Autriche il y a deux jours, l’Allemagne aujourd’hui), une fois le choc passé, il est possible que des entreprises japonaises fassent de même. Combien reviendront? Ce seisme de magnitude 9 a probablement réveillé plusieurs zones à risque, d’où les tremblements de terre assez puissants (autour de M5) que l’on ressent à travers le Japon nord depuis une semaine. Ce phénomène pourrait durer plusieurs années d’après certains spécialistes. Les centrales nucléaires restantes, dans le nord comme ailleurs  sont-elles sûres dans ces conditions? Combien d’étrangers voudront venir vivre dans un pays aussi dangereux à l’avenir? Combien d’investisseurs viendront placer leurs billes dans cet archipel au bord du gouffre?!

Cette catastrophe vient de prendre la vie de plusieurs dizaines de milliers de personnes et de compromettre celles de plusieurs millions d’autres… Mais surtout, elle vient de voler l’avenir du pays… Oui, le Japon se redressera. Oui, les japonais rebâtiront. Mais plus jamais, plus jamais, le Japon ne pourra être l’acteur mondial qu’il a été.  Ce soir, je pleure pour tout ce qui aurait pu être et qui ne sera pas.

8 Réponses à “Tokyo brûle-t-il?”

  1. AP dit :

    Mais le Japon saura faire face à l’adversité, en un mot, GAMBATE !

  2. Clarence Boddicker dit :

    Il est encore trop tôt pour se montrer défaitiste. Mais c’est un sérieux coup dur, en particulier pour la filière immobilière qui se relevait avec grand peine d’une période déflationniste terrible.

    Bah, il te reste la finance de marché. Dans le secteur, les perspectives sont florissantes, en particulier au Japon.

    Compte sur moi pour développer ça mon ami.

    Compte sur moi.

    Clarence, opportuniste

  3. tokyomonamour dit :

    @AP
    Yep… Ganbaru shikanai.

    @Clarence
    Je veux te croire mon ami.
    En ce qui concerne l’immobilier, à part des occasions peut-être dans le Kansai en cas de migration d’entreprises, je pense que c’est la mort clinique. Les critères antisismiques vont être renforcés, les assurances vont augmenter, la vacance de bureaux grimper, les investisseurs étrangers vont déserter, les taux de rendement baisser… Rien de bien jolie.

  4. 1GAE dit :

    « Le Japon s’est parfaitement rétabli après la guerre. Avec la force de tous, nous allons une nouvelle fois reconstruire le pays ». Ce ne fut pas une semaine facile cher TMA, mais malgré toutes les incertitudes moi j’ai confiance dans l’avenir. Il va falloir se retrousser les manches. Aujourd’hui je vais me permettre quelques Asahi Super Dry, alors kampai!

  5. MisterPainDpiss dit :

    Ton analyse me parait juste, et comme je n’y pipe rien au « business », je n’ai mot à dire. Toutefois, étant d’un naturel optimiste, je m’en remets à trois facteurs pour espérer le contraire:
    - la force des japonais à se reconstruire et à reprendre la tête du peloton, il leur faudra devenir encore plus pointu que maintenant et peut être s’isoler plus encore, mais qu’à cela ne tienne ils le seront par la force des choses.
    - L’intérêt que ce regain suscitera auprès des investisseurs de tout poils, après tout l’argent reste le moteur du monde.
    - …et enfin, l’homme à la mémoire courte, très courte, il retourne sur le champs de bataille aussi vite qu’il l’a fuit.

    « Mode pessimiste ON »:…..à l’unique condition bien entendu, que Tokyo ne devienne pas « une zone interdite ». « Mode pessimiste OFF »

    See ya, peut être un jour au détour d’un quartier de cette belle ville.

  6. Yves C. dit :

    Merci pour cet article qui soulève de bonnes questions. C’est difficile de réagir à chaud tant mes émotions et ma colère sont fortes. Comme toi, même à 10000 km, je suis très triste car j’ai beaucoup investi de mon temps, de ma vie pour vivre le Japon. La déflation semble avoir déjà joué un peu contre moi depuis 20 ans et là il y a un nouveau coup dur.

    Au 20/3 (J+9), nous avons une idée assez précise du bilan hors nucléaire et secteur énergie : environ 20 000 victimes (x4 Kobe 95), 400 000 sans logement (idem Kobe), zone touchée représente 5% PIB Japon (idem Kobe). Hors nucléaire/énergie, on est dans un scénario de gros sinistre mais tout à fait à la hauteur de ce que le Japon peut supporter sur une reconstruction de 4-5 ans.

    Sur le nucléaire/énergie, nous sommes encore dans l’inconnu même si les nouvelles depuis 48h sont meilleures. Par contre et je te rejoins, même si il a contrôle et retour à la « normal » assez rapide à Fukushima, quelque chose important s’est passé et peut créer un bouleversement plus profond dans le comportement des japonais. Je ne suis pas assez intelligent pour lister les scénarios probables suite à cet événement nouveau alors me limite à me poser quelques questions :
    1- possibilité de reprise économique dans le Kansai (Osaka/Kobe/Kyoto/Nara) qui présente au vue des études statistiques une zone du Japon à moindre risques, fréquence et potentiel. Comme tu le sais ma belle famille est à Osaka, la question pour moi est donc importante comme nous en avions discuté en novembre/décembre 2010.
    2- possibilité d’un meilleur usage de l’énergie au Japon dans le futur, limitation du gaspillage et plus d’intérêt aux questions touchant l’environnement (isolation des logements, transports, proximités population de leur travail)
    3- stopper la croissance des grosses agglomérations (donc tout l’inverse de ce qu’on a constaté sur les 20 années de déflation qui ont donné la prime à Tokyo) ==> retour sur un Japon moins concentré. Bon j’y crois quand même pas beaucoup quand on voit que ça fait 30 ans qu’on parle de délocaliser la capitale politique hors de Tokyo.
    4- Est-ce que cette crise ne va pas bousculer l’immobilisme politique constaté depuis 20 ans ? L’Etat pourrait par ex envoyer un signal avec nationalisation de TEPCO etc.

    Pour moi, la vrai fragilité du Japon reste celle d’avant le 11 mars : trop de dettes publiques, trop de bureaucrates à Tokyo, ceci pourrait etre le vrai frein à la reconstruction du nord-est. En traitant ces 2 problèmes, l’attractivité du Japon sera maintenu et les risques acceptés. A propos, Taiwan n’est-il pas dans une situation similaire ? (île, seisme, tsunami, tension avec la Chine …)

    Articles pour nous faire réfléchir autrement : http://www.objectifeco.com/economie/anticipations-tendances/article/loic-abadie-japon-quelles-consequences-pour-l-economie-mondiale#forum1832

  7. tokyomonamour dit :

    @u gars d’Edogawa
    On se partagera une bière très prochainement en discutant de l’avenir du pays. Et j’espère que, l’alcool aidant, je pourrais partager ton optimisme!

    @u Mister painDpiss
    Oui, les jap vont reconstruire en s’isolant.

    Je ne pense malheureusement pas qu’il y aura un afflux d’investissements pour reconstruire le Japon. Est-ce qu’il y a eu un afflux de poignon pour la reconstruction de Haiti qui a bénéficié au pays après le seisme? Non. Une guerre ou une catastrophe naturelle peuvent être déclencheur de croissance mais elles peuvent aussi être un basculement vers l’abandon et la décadence. Dans le contexte mondial actuel, je ne vois pas de « plan marshall » pour remettre sur pied l’archipel.

    Je suis d’accord sur ton dernier point. L’homme oublie vite. Mais dans le cas de catastrophes naturelles ou de guerre importantes, la mémoire collective dure au moins une génération. Ca veut dire que cette catastrophe va marquer les comportements et les esprits pour les 20 prochaines années au moins…

    Et on va essayer de s’organiser une vraie rencontre prochainement. Dans cette belle ville que nous aimons tant ;)

    @Yves
    Je te suis sur le rebond du Kansai. Je pense que c’est une opportunité économique qu’Osaka va saisir. Si les entreprises déménagent de Tokyo et ne s’expatrient pas, alors, elles choisiront la capitale de Toyotomi (ce serait une belle revanche historique!). Je vais essayer de rassembler des infos sur cette possibilité et voir si cette tendance existe et si oui, si elle sera temporaire ou plus permanente.

    Je pense qu’il va y a voir un mouvement de déconcentration désordonnée d’un côté (les individus par ce que le choc nucléaire va contribuer à un retour « vert » dans les mentalités, c’es sûr) et au contraire un mouvement de contration ordonnée de l’autre (le gvt). Par ce que tous ces villages rayés de la carte ne vont pas être reconstruits. Il faudra regrouper les fonctions de pêche dans quelques zones protégées et donc faire de la concentration organisée. Ce mouvement pourrait profiter aux villes moyennes, mais il est vraiment trop tôt pour se prononcer.

    Quant à la dette du Japon!!! Ils n’auront pas le choix. La planche à billet va tourner à fond et l’inflation tant souhaitée depuis 20 ans va finir par arriver. Mais avec bcp de zéros à la clé à mon avis…

  8. Suppaiku dit :

    Pour la revanche de l’ouest, parfaitement d’accord. Pour la chute de l’immobilier, aussi, car les prix étaient gonflés, et les quantités déjà trop élevés.
    Mais pour le Japon, je pense que ce choc, et le prochain qui ne saurait tarder (la mort de l’empereur), vont libérer le Japon. Parmi les composants de la déflation, hormis les facteurs économiques, il y avait l’incertitude concernant le prochain tremblement de terre, attendu pour les années 90, et le choc du tremblement de terre de Kôbe, suivi de l’attentat dans le métro. Ces deux événements, la fin de la bulle et les faillites et enfin la non arrivée du tremblement de terre, ont tétanisé le Japon.
    Il reste donc deux épreuves : la mort de l’Empereur. Et l’obligation de restructurer la dette, ce qui ne devrait pas tarder. Pour le reste, le Japon a profondément mûri. Les jeunes n’ont plus le complexe de l’occident, tout en sachant qu’à l’étranger on aime leur culture. La reconstruction sera en partie financée par la Chine qui est la banque (ou plutôt la planche à billet) de la région, changeant l’attitude du Japon à l’égard de la Chine. Déjà, les jeunes êcoutent de la pop de Corée.
    Ce quake va ouvrir, par nécessité, une nouvelle étape de la globalisation du Japon, et accélérer l’agendat TPP, dont les entreprises japonaises ont terriblement besoin.
    Ce quake est un facteur de rupture psychologique important. Pour l’immobilier, c’est mort pour un moment, mais pour la finance de marché, pour l’industrie, pour l’importance-export, on peut s’attendre à un retour du Japon. Sans compter les potentiels d’une reconversion énergétique dans laquelle les Panasonic, Toshiba ou Hitachi et Mitsubishi ont une très grande longueur d’avance.
    Ce quake me rend optimiste sur ce pays, pour la première fois depuis longtemps. J’espère ne pas me tromper, car en effet, l’incapacité à se réinventer conduirait à une faillite et un appauvrissement général. Un véritable gâchis.

Laisser un commentaire

 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance