• Accueil
  • > Recherche : relativisme culturel japon

Résultats de votre recherche

Recentrage

Posté par tokyomonamour le 27 septembre 2010

Le temps qui passe est l’ennemi du blogueur dilettante. Tant de choses à dire, à partager, à apprendre aussi. La véritable différence entre un blog et un journal intime, c’est l’interaction bien sûr, qui multiplie les potentialités, la pertinence des informations et les opportunités en tout genre. Mais chaque seconde passée nous rapproche de la mort, et il faut savoir choisir!

Le Japon, ce n’est pas qu’un pays de plus à expérimenter. C’est un défi envers soi-même, une remise en question de ses connaissances et de son système de valeur. C’est l’apprentissage du relativisme culturel avec tous ses côtés désagréables et agressifs. En apparence, la vie est facile, les habitants sympathiques, le service extraordinaire… Mais dès que vous sortez du cadre socialement admis de votre état, tout change. La période intermédiaire, celle ou vous découvrez cet état de fait, et celle ou vous êtes suffisamment compétent, tant linguistiquement que professionnellement, pour pouvoir dire merde sans complexe d’infériorité, peut être extrêmement difficile. Après, ça va mieux.

M’enfin! Les lamentations c’est bon pour les victimes à tendance paranoïaque. Tout immigré (et je me considère comme tel) doit, à l’égard de son pays d’accueil, faire sienne la devise yankee du Love or Leave it ! L’immigré qui reste dans un pays en le maudissant chaque jour que dieu fait, creuse lui-même la tombe de son malheur. Le monde ne changera pas, même si on lui crache à la gueule tous les matins en se levant.

Certains blogs parlent déjà très bien de ces aspects « société », les bons comme les mauvais, au sens large du Japon (Pour un deep insight dans les entrailles de la vie nipponne, allez voir Drink Cold. Uniquement pour les plus accrochés) et je ne vais pas en rajouter une couche…

Je vais donc recentrer mes articles sur les aspects immobilier, logement et urbanisme au Japon en général, et à Tokyo en particulier.
Bossant actuellement pour obtenir la licence professionnelle de transaction immobilière indigène et constatant le flagrant manque d’informations disponibles en français sur le net, je pense pouvoir apporter ma pierre, ou mon parpaing pour rester dans la thématique, dans ce domaine et partager quelques expériences et informations à « valeur ajoutée ».

Comprendre l’immobilier et l’approche à l’espace d’une société, c’est en comprendre les mécanismes profond de vie et de fonctionnement. C’est à travers cette grille de lecture que présenterai désormais le Japon tel que je le perçois.

Publié dans Immobilier au Japon | Commentaires fermés

Steak de dauphin et relativisme culturel

Posté par tokyomonamour le 10 septembre 2010

Du dauphin en sashimi avec de la sauce de soja et du sésame, du dauphin en ragout à la sauce miso ou encore, mon préféré, du dauphin en steak, bien grillé… Le dauphin est souvent assimilé à la baleine au Japon et on en mange dans plusieurs régions de l’archipel. Sa chair est moins tendre que celle du cétacé et le prix au kilo est généralement inférieur (autour de 10 000 yens le kilos pour de la baleine bon marché) mais il y a une grande variété de préparations culinaires.

La chasse au dauphin est passé sur le devant de la scène avec la sortie du film The Cove, l’an dernier qui montre des « eco-terroristes » (softs quand même par ce qu’ils feraient pas la même chose en Russie ou en Chine… Courageux mais pas trop…) ou « défenseurs de l’environnement » filmant des pêches au dauphin et tentant de sensibiliser les japonais aux souffrances des mammifères. J’aime beaucoup la présentation du documentaire, allez le voir il est en lien, où l’on voit une flopée d’acteurs et d’actrices américains se fendre de leurs petits commentaires larmoyants.

Le 2 septembre dernier, 70 volontaires de l’association Action pour les dauphins se sont rassemblés à Tokyo pour remettre une pétition à l’ambassade américaine à Tokyo, afin que celle-ci fasse pression sur les autorités nippones pour qu’elles convainquent les japonais d’arrêter de se nourrir de la chair des cousins de Flipper…

J’aime bien les dauphins (sans mauvais jeux de mots…). C’est mignon, ça a l’air plutôt intelligent et je suppose qu’ils ont un rôle important dans l’eco-système marin. Mais je ne peux m’empêcher de me demander comment réagirait mon oncle, dans sa ferme du sud-ouest, si un groupe de japonais condescendants venait le voir pour lui demander, avec force de panneaux, de militants et de camions de médias internationaux, d’arrêter immédiatement le massacre des oies et des canards de la région, d’arrêter de torturer ces pauvres bêtes en les gavant jusqu’à ce mort s’en suive, et de fermer boutique sur le champ !? Je pense que mon oncle irait chercher son fusil dans la remise et renverrait ces bridés prétentieux à Tokyo à coup de pieds dans les fesses. C’est ce que les japonais auraient du faire.

Le relativisme culturel, c’est apprendre à accepter que tout le monde ne partage pas ses opinions. C’est comprendre que la morale, les principes, la religion et la philosophie sont des concepts valables uniquement par rapport à sa propre éducation et à sa propre culture. Il existe des valeurs universelles, mais elles sont extrêmement restreintes et ne concernent que des règles de vie en société (ne pas tuer, ne pas voler etc… sans ces principes, les communautés humaines ne pourraient survivre). Tout le reste est relatif. Et vouloir imposer des concepts relatifs, ça veut dire imposer ses opinions aux autres. En français, cela porte un nom: l’intolérance.

Publié dans Société | 5 Commentaires »

 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance