Appartements tokyoites avec Jardins potagers

Posté par tokyomonamour le 5 septembre 2010

Le jardin potager est à la mode. Retour des jardins ouvriers ou des potagers familiaux… La tendance internationale dans les pays en voie de paupérisation (qu’on appelle encore parfois pays « industrialisés » ou pays « développés » mais plus pour très longtemps) est à l’auto-culture. Cultiver son jardin, c’est retourner à la nature et éventuellement économiser un peu sur le budget légume, mais c’est aussi un moyen de retrouver le sens de la communauté.

Tokyu fudosan, le bras immobilier de la ligne de chemin de fer du même nom, a bien compris la situation et vend depuis 2005, certains de ses appartements neufs avec un droit d’usage sur un jardin potager que l’entreprise détient dans le département de Saitama, dans le nord de Tokyo. Dans le cadre de son programme de Total Life Support, le groupe propose diverses activités pour reforger les liens dans les immeubles dont il assure la gestion (L’entreprise est constructeur-syndic-agent de transaction- gérant ferroviaire… Au Japon, les entreprises ont tendance à englober toutes activités de synergie et à tendre vers le zaibatsu, quel que soit le secteur), dont ces excursions potagères…

Le génie marketing nippon consiste à transcrire les tendances sociologiques du moment dans des services à valeur ajoutée très rapidement et généralement sous la direction des grandes entreprises. L’urbanisation à outrance de Tokyo et de sa région perturbe le système de valeurs traditionnel et provoque deux tendances opposées: un individualisme renforcé classique et une « contre réaction », une demande vers un retour à la communauté villageoise primitive, mais avec les avantages de la ville du 21ème siècle.

Ces tendances vont cohabiter et probablement s’accentuer dans les prochaines années, avec des quartiers-villages de bâtiments d’habitation fonctionnant parfaitement gérés par des entreprises de haut rang, avec les coûts que cela implique, et de l’autre côté, des copropriétés laissées à l’individualisme indifférent et au vieillissement des habitants. Désormais, le « micro » est le niveau de prise de décision le plus important. Pas quel pays ou quel région… Mais quelle ville et quel quartier. Les extrêmes se côtoient de plus en plus.

Publié dans Immobilier au Japon | Pas de Commentaire »

Un boss de la Yamagumi gumi enfermé pour transaction immobilière illégale

Posté par tokyomonamour le 2 septembre 2010

La police de Kobe vient d’arrêter un membre de la plus grande organisation yakuza du pays, la yamaguchi-gumi basée dans l’ouest du pays, pour pratique illégale de transaction immobilière.
Les organisations yakuzas étaient très fortement liées au secteur de l’immobilier (les truands suivent les flux d’argent et l’immobilier en produit beaucoup) jusqu’à l’explosion de la bulle. Moins maintenant bien que des affaires sortent encore de temps en temps sur l’utilisation de gangsters pour contraindre les propriétaires récalcitrants à vendre au promoteur intéressé par leur terrain.

Pour éviter de se faire saisir leurs possessions immobilières, le siège de leur organisation par exemple, les yak ont souvent pour habitude de diviser la propriété entre tous les cadres de l’organisation. Ainsi, même si l’un des membres, voire le chef, est arrêté, le siège ne risque pas d’être saisi par la justice. Lorsque les cadres entrent ou sortent de l’organisation, on les fait acheter, ou vendre, un certains nombre de tantièmes du bien immobilier pour toujours refléter la réalité « politique » de l’organisation sur le « terrain ».

Entre 2008 et 2010, 14 cadres sont sortis du conseil de la Yamaguchi et 31 y sont entrés (pour total de 104 à l’heure actuelle… Chiffre exact puisque, je le rappelle, les organisations mafieuses nippones doivent enregistrer leurs effectifs auprès de la police… Vous avez dit bizarre?). Mais voilà! Le cadre s’étant occupé de la transaction, et qui possède aussi une société immobilière, n’était pas en règle avec la loi. Il avait omis de demander sa licence professionnelle de transaction, qu’il n’aurait probablement pas eu de toute façon puisque c’est un yak. Du coup, la police nationale en profité pour faire un coup de filet et mettre derrière les barreaux quelques tatoués.

Les plus grands mafieux tombent toujours pour des motifs administratifs de peu d’importance. Pas de licence professionnelle, comptabilité défectueuse, donations financières illégales… Al Capone et consort devraient vraiment penser à engager des juristes avant de recruter leurs tueurs…

Publié dans Immobilier au Japon | 2 Commentaires »

Vivre à Tokyo: Choisir son Eco-système

Posté par tokyomonamour le 1 septembre 2010

Tokyo est une mégapole. Un monstre urbain. Ce n’est pas une ville à proprement parler (shi), c’est une métropole (to) qui contient 23 arrondissements (ku) et 26 villes en son sein. Elle se déploie dans sa région selon les modèles du Grand Londres, qui est une sous-division régionale du RU et de Shanghai, une Cité-province de plus de 7000 km2 divisée en villes et villages.
A côtés de ces métropoles, Paris est un nain urbain (au niveau administratif s’entend) de 105 km2… Je lisais un article sur l’excellent site le buzz Immobilier à propos de la distinction Intra/Extra muros et de son impact sur la sociologie des parisiens et sur les prix de l’immobilier dans la capitale. La superficie ridicule, coincée par des remparts imaginaires détruits seulement au début du 20ème siècle, de la capitale étant bien évidemment la principale cause de l’élitisme parisien et du « manque » de logement dans la ville…

Tokyo elle, s’étend nonchalamment sur ses 2 187 km2 en variant les paysages et les écosystèmes urbains. Le futur tokyoite aura donc la chance de pouvoir choisir, selon son budget et ses goûts, son habitat parmi un vaste éventail de choix. Maison ou appartement. Quartier central ou périphérie. Cyberpunk ou Temples perdus dans les montagnes…

Le tokyoïte fortuné n’est pas stéréotypé et peut résider dans deux types de logements : l’appartement « de standing » comme on dit chez nous, ou la maison individuelle (La grande superficie de la métropole comprend en effet des zones urbaines éparpillées un peu partout réservées aux maisons individuelles…) et dans différentes zones géographiques.

Un appartement dans un étage élevé dans tour de 45 étages à Odaiba ou dans le centre (je précise étage élevé car il semble exister une ségrégation sociale dans les tours en fonction de l’altitude de l’appartement acheté… La bêtise humaine n’a pas de limite).

Un appartement à dimension humaine dans les espaces résidentiels séparant la plupart des centres d’activités Tokyoites, entre Shibuya et Shinjuku, Roppongi et Hiroo ou dans le quartier plus bobo de Kagurazaka (bcp de français y résident car le lycée français n’est pas loin).

Une maison dans les arrondissements du centre, Shibuya près de Omotosando ou dans l’arrondissement très huppé de Minato, près des tours de Midtown ou Roppongi Hills, ou dans les arrondissements de l’ouest : Meguro et Setagaya, qui sont riches en espaces verts et en institutions scolaires, Jiyugaoka, Futatama…

Si vous achetez dans ces quartiers, la note s’échelonnera entre, pour le petit appart, 5 000 000 yens et, pour ceux qui aiment les immeubles avec services ou les maisons individuelles, 100, 200 millions et plus et plus si affinités… Comptez en moyenne entre 9000 et 12 000 euros du m2.
Les locations pour un studio commencent généralement à 80 000 yens et montent très vite, sans plafond.

Les Classes moyennes et les classes populaires devront s’éloigner des gares si elles veulent se loger dans ces quartiers. De 15 mn et plus à pied, à 15 mn en bus… Ou réduire leur prétention en achetant ou louant plus petit. Elles pourront aussi, ce qui se passe généralement, se rabattre sur le nord et l’est. Toshima, Nerima et Kita qui étaient à l’origine de vastes zones de riziculture. L’est de Tokyo, c’est un peu la ceinture rouge de Paris (sans la notion communiste…), les quartiers traditionnellement populaires, avec beaucoup de petites usines et d’artisanat, dans les arrondissements de Sumida, Edogawa et de Arakawa.

Elles pourront aussi, pour avoir plus grand et profiter d’un peu plus de verdure, se replier sur les départements voisins, la « grande couronne locale » : Saitama et Chiba principalement. Le département de Kanagawa à l’ouest avec sa capitale Yokohama, forme une véritable unité urbaine avec Tokyo et les prix s’y ressemblent, surtout du côté des collines intérieures (la côte étant industrialisée, elle est nettement moins attirante pour les familles en recherche d’un cadre de vie agréable).
tokyokanto.gifyamanote.png

Les prix sont nettement moins élevés que dans le centre mais peuvent varier énormément en fonction de la distance de la gare la plus proche, de la qualité du bien, ancien ou neuf, de la proximité avec les centres tokyoites qui sont principalement au nombre de 6 et qui forment une ceinture le long de la ligne Yamanote : Ikebukuro, Shinjuku, Shibuya, Shinagawa, Tokyo, Ueno-Akihabara.

La taille démesurée de la métropole permet de rester Tokyoîte tout en vivant à la campagne… Un peu comme si les habitants de Meaux ou de Melun se disaient Parisiens… Ça laisse songeur…

Publié dans Immobilier au Japon | 2 Commentaires »

Toyo Keizai Shimbun Dossier spécial immobilier/BTP

Posté par tokyomonamour le 30 août 2010

Le Toyo Keizai Shimbun de cette semaine propose un dossier spécial spécial sur l’immobilier et le BTP (le magazine propose régulièrement des dossiers sur l’immobilier et la construction, ils doivent avoir de bonnes connections dans la filière).
A lire notamment un article sur le devenir des infrastructures du pays dans les 30 prochaines années. On découvre que, d’après les chiffres du livre blanc du ministère de l’aménagement du territoire, en 2037 et au rythme de dépenses et de construction actuelles, le pays n’aura plus les moyens d’entretenir son réseau routier et ses équipements de transports, ports, aéroports régionaux etc. Le prix de la rurbanisation et du bétonnage irréfléchi des années de la croissance éternelle… Des barrages qui ne servent à rien, des autoroutes empruntés par 100 véhicules dans la journée, des aéroports sans compagnie les desservant…
A mon avis, il ne faudra pas attendre 30 ans pour commencer à voir l’effondrement de nombreuses de ces infrastructures en région. En période de crise, les populations se rassemblent dans les pôles urbains ou dans les villages agricoles viables. Le télétravail et le développement d’internet se sera pas suffisant pour inverser cette tendance lourde de l’histoire. Les amateurs de ruines pourront se régaler de paysages abandonnées, de routes défoncées et de barrages fissurés dans les 10 et 20 prochaines années.

Publié dans Immobilier au Japon | 2 Commentaires »

Achat d’une maison: Récits vécus

Posté par tokyomonamour le 28 août 2010

Voici deux articles de récits vécus concernant l’ achat d’une maison au Japon par deux francophones: Ma tasse de thé et Super Dupont.

Le premier sur un blog mort, ou qui semble l’être malheureusement, décrit en 4 posts les étapes de la recherche et de la vente d’une maison en banlieue de Tokyo.
Le second sur Wiki, décrit de manière assez humoristique les péripéties de super Dupont sur le chemin de la propriété.

Outre les informations pratiques, c’est surtout le regard des acheteurs sur les biens, les agents immobiliers et les procédures qui sont intéressants. Les récits de vie, c’est toujours un bon complément d’infos pour comprendre comment les choses se passent.

Publié dans Immobilier au Japon | Pas de Commentaire »

1...45678
 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance