Tokyo: baisse de population en 2020

Posté par tokyomonamour le 29 octobre 2010

Tokyo reste encore la mégopole la plus peuplée du monde mais plus pour très longtemps.

La capitale continue de croitre d’année en année mais uniquement en vampirisant les autres régions de l’archipel. Si le Japon perd déjà de la population depuis 2005, Tokyo devrait suivre aux alentours de 2015-2020 selon les estimations et décroître après un pic à 35 millions d’habitants.

Le Nikkei d’hier présente une analyse de la banque de Tama sur l’évolution démographique de la région de Tama, cad tout l’ouest de Tokyo se trouvant hors des 23 arrondissements. Avec un pic atteint cet année à 4,07 millions, la région devrait perdre 500 000 habitants d’ici 2035 et la population de plus de 65 ans passer à 1/3 du total. C’est dans cette zone que se trouve Kichijouji notamment, le quartier que j’avais présenté la semaine dernière. L’étude de la banque précise que la ville de Musashino, où se trouve le quartier, sera la moins touchée même si elle subira malgré tout une baisse démographique. Cela veut dire que même les zones urbaines les plus populaires de Tokyo commencent à être touchées par la dépopulation et que les opérations de promotion (tours gratte ciel d’habitations) réalisées dans les arrondissements centraux depuis les années 2000 attirent les nouveaux ménages aux dépens de la périphérie.

tama.png
La région de Tama couvrant toutes les villes hors arrondissements de la métropole

Cela veut aussi dire que la vacance immobilière, qui lèpre déjà toutes les villes de province, va peu à peu s’installer à Tokyo dans la prochaine décennie. De nombreuses opportunités devraient se faire jour, avec tous les risques que comportent un investissement en zone de décroissance (il faudra avoir l’oeil averti!).

Le Japon est à la croisée des chemins. Tokyo avait pris le relais de la croissance des provinces décadentes dans les années 1990, mais la capitale s’achemine elle-même peu à peu sur le même chemin.

Les futurs gouvernements devront donc faire face à une question cruciale qui décidera de l’avenir du pays durant le prochain siècle: accepter le déclin et les répercussions qu’il entraînera sur le niveau de vie de tous les japonais, ou ouvrir les frontières à une immigration de peuplement pour enrayer la chute. Pour l’instant, le pays tente le compromis en encourageant le tourisme étranger et les emplois qualifiés spécifiques. Mais cette politique de pis aller ne saurait durer. Bientôt le Japon devra choisir: sakoku ou globalisation.

4 Réponses à “Tokyo: baisse de population en 2020”

  1. Dindon dit :

    Si ca permet d’avoir des trains moins blindes et de ne pas etre sur les nerfs des le matin car il faut se battre pour chaque cm2 d’espace vitale, ca ne me derange pas plus que ca :)

    « ou ouvrir les frontières à une immigration de peuplement pour enrayer la chute. »
    Je vais appliquer le meme raisonnement au pays ou je suis immigre qu’a la France : je prefere un pays qui en chie mais qui garde son ame et son identite, plutot qu’un pays qui sacrifie tout cela juste pour une question de confort de vie.
    Il est evident que d’un point de vue purement egoiste, c’est pas toujours evident au Japon en tant que gaijin, mais du point de vue de la societe, j’approuve largement leur politique envers les etrangers. Ca fait peut-etre vieux jeu, mais voir un peu tout faire pour garder son unite culturelle et sociale, je trouve ca beau.

  2. Dindon dit :

    « mais voir un peu tout faire »
    => un peuPLE

    Desole, vendredi, fin de boulot, tout ca… :p

  3. capray dit :

    Autre solution, pratiquer une vraie politique de natalité. Le Japon a pour seule et plus grande richesse son peuple, je ne doute pas qu’il trouve une solution avant que ça ne soit trop tard.

    En gros, mettre les nanas à la maison, pour garder la marmaille, tenir la maison et libérer du boulot pour les hommes, ainsi répondre au problème du chômage, des enfants mal élevés et mal nourris !
    Je sais…je sors… mais c’est samedi et j’ai l’esprit de Crom, hache à la main !

  4. tokyomonamour dit :

    @Dindon

    I agree, surtout pour les rush hours… Mais parfois, ça me fait quand même de la peine de voir ce pays, que j’admire, qui préfère accepter le déclin plutôt que de chercher des méthodes nouvelles de régénération sociale, à travers, pourquoi pas, une immigration contrôlée. Préservation de l’identité et fierté culturelle au recto, entre-soi, rejet de l’ »autre » et vision étroite au verso… Le jeu d’équilibriste n’est pas facile à gérer dans le temps.

    @Capray

    Je ne savais pas que tu avais du sang cimmerien dans les veines Capray!!!
    C’est vrai qu’il reste la copulation! D’ailleurs, depuis Koizumi, le Japon est officiellement doté d’un ministre du sexe… Avec les résultats malheureux que l’on connait. Je ne pense pas qu’il soit possible d’inverser la tendance lourde que représente la dénatalité dans les années à venir. L’Allemagne, l’Italie, la Russie sont confrontés au même problème sans remèdes. Les tendances sont trop lourdes et peuvent durer 2 ou 3 générations. Si la France a réalisé une belle remontée à 2,1 je crois, c’est évidemment grâce aux immigrés naturalisés issus des régions à forte fécondité. Et le Japon ne pourra pas compter la dessus… Ha la politique! Si Kan pouvait penser comme Conan, tout serait plus simple, la diplomatie comme les problèmes de natalité:

    Mongol General: Hao! Dai ye! We won again! This is good, but what is best in life?
    Mongol: The open steppe, fleet horse, falcons at your wrist, and the wind in your hair.
    Mongol General: Wrong! Conan! What is best in life?
    Conan: To crush your enemies, see them driven before you, and to hear the lamentation of their women.
    Mongol General: That is good! That is good.

Laisser un commentaire

 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance