Steak de dauphin et relativisme culturel

Posté par tokyomonamour le 10 septembre 2010

Du dauphin en sashimi avec de la sauce de soja et du sésame, du dauphin en ragout à la sauce miso ou encore, mon préféré, du dauphin en steak, bien grillé… Le dauphin est souvent assimilé à la baleine au Japon et on en mange dans plusieurs régions de l’archipel. Sa chair est moins tendre que celle du cétacé et le prix au kilo est généralement inférieur (autour de 10 000 yens le kilos pour de la baleine bon marché) mais il y a une grande variété de préparations culinaires.

La chasse au dauphin est passé sur le devant de la scène avec la sortie du film The Cove, l’an dernier qui montre des « eco-terroristes » (softs quand même par ce qu’ils feraient pas la même chose en Russie ou en Chine… Courageux mais pas trop…) ou « défenseurs de l’environnement » filmant des pêches au dauphin et tentant de sensibiliser les japonais aux souffrances des mammifères. J’aime beaucoup la présentation du documentaire, allez le voir il est en lien, où l’on voit une flopée d’acteurs et d’actrices américains se fendre de leurs petits commentaires larmoyants.

Le 2 septembre dernier, 70 volontaires de l’association Action pour les dauphins se sont rassemblés à Tokyo pour remettre une pétition à l’ambassade américaine à Tokyo, afin que celle-ci fasse pression sur les autorités nippones pour qu’elles convainquent les japonais d’arrêter de se nourrir de la chair des cousins de Flipper…

J’aime bien les dauphins (sans mauvais jeux de mots…). C’est mignon, ça a l’air plutôt intelligent et je suppose qu’ils ont un rôle important dans l’eco-système marin. Mais je ne peux m’empêcher de me demander comment réagirait mon oncle, dans sa ferme du sud-ouest, si un groupe de japonais condescendants venait le voir pour lui demander, avec force de panneaux, de militants et de camions de médias internationaux, d’arrêter immédiatement le massacre des oies et des canards de la région, d’arrêter de torturer ces pauvres bêtes en les gavant jusqu’à ce mort s’en suive, et de fermer boutique sur le champ !? Je pense que mon oncle irait chercher son fusil dans la remise et renverrait ces bridés prétentieux à Tokyo à coup de pieds dans les fesses. C’est ce que les japonais auraient du faire.

Le relativisme culturel, c’est apprendre à accepter que tout le monde ne partage pas ses opinions. C’est comprendre que la morale, les principes, la religion et la philosophie sont des concepts valables uniquement par rapport à sa propre éducation et à sa propre culture. Il existe des valeurs universelles, mais elles sont extrêmement restreintes et ne concernent que des règles de vie en société (ne pas tuer, ne pas voler etc… sans ces principes, les communautés humaines ne pourraient survivre). Tout le reste est relatif. Et vouloir imposer des concepts relatifs, ça veut dire imposer ses opinions aux autres. En français, cela porte un nom: l’intolérance.

5 Réponses à “Steak de dauphin et relativisme culturel”

  1. Momix dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ta vision de la chose. Les occidentaux (et les français sont bons pour ça) sont de très bons donneurs de leçons. Il faut appliquer « leur » démocratie, « leurs » lois, « leurs » principes de protection de l’environnement (Pourquoi est-ce que la vie d’un dauphin aurait plus de valeur que la vie d’une oie?).
    Par contre, là où on peut pointer les japonais du doigt (Les chinois ou les russes ne font pas mieux, mais comme tu dis, on n’ose pas les embêter pour ça), c’est quand ils se permettent de chasser dans les territoriales d’autres pays (j’ai vaguement entendu parler de problèmes avec l’australie), ou qu’ils fassent de la chasse en masse dans les eaux internationales, en mettant sérieusement en danger l’existence même de certains cétacés. Maintenant, s’il faisait attention à modérer leur consommation, et ne pas empiéter sur les plates-bandes d’autres pays, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent de leur faune.

    Mais, à propos de tes remarques, je me demande justement si les gens ne se permettent pas facilement de critiquer les japonais parce que le Japon continue à être un « nain diplomatique » (du moment qu’il n’a pas le support des USA), contrairement à la Chine, qui aujourd’hui, et surtout dans l’avenir, a beaucoup de poids dans les hautes sphères diplomatiques. J’en prends pour preuve l’effet (des sueurs froides??) de certaines réactions chinoises (le Dalai lama en France, les histoires avec Google, etc.). Aujourd’hui, la Chine revendique une indépendance diplomatique, alors que la Japon continue à être un « vassal » des USA.

  2. AP dit :

    Je suis assez d’accord avec ton parallèle, encore qu’il soit possible d’objecter que les oies elles ne sont pas menacées d’extinction. Si nos amis nippons décident d’élever des dauphins pour ensuite les bouffer, pas de problème pour moi, même si je vais me retrouver avec les protecteurs de flipper sur le dos. C’est la chasse à outrance qui est plus préjudiciable.
    Il me semble qu’on mélange les deux aspects parfois…

  3. tokyomonamour dit :

    @Momix
    He oui! Les français sont d’admirables donneurs de leçons. Avant c’était la foi chrétienne, ensuite ce fut les lumières de la révolution, maintenant les droits de l’Homme. Seulement jusqu’à maintenant, la France et les pays occidentaux avaient les moyens de leur prétention. C’est de moins en moins le cas et je pense que la montée en puissance des pays dit »en voie de développement » va fermer le caquet de bon nombre de moralistes.

    Le Japon est souvent pris pour cible par ce que c’est une démocratie je pense, qui laisse quand même les groupes s’exprimer assez librement, à la différence de la Chine. Le fait que ce soit un « nain diplomatique » n’est pas responsable de la situation. D’ailleurs si le Japon a une position vassalisée dans de nombreuses questions internationales, concernant la pêche à la baleine par exemple, il sait très bien faire valoir sa position. Quand ses intérêts ne se heurtent pas à ceux des USA, Tokyo sait avoir une vraie diplomatie.

    @AP
    Heureusement que tu es là pour faire entendre la voix de la raison! Effectivement, il ne faut pas confondre opposition à la chasse d’une espèce par principe et opposition pour des questions de « gestion ». Effectivement, on pourrait critiquer les japonais sur leur gestion des ressources marines (mais ils s’y attellent dans de nombreux domaines par la pisciculture notamment). Cependant les militants de The Cove sont des opposants par principe.

  4. P3X dit :

    Depuis une heure et demie je me délecte de la lecture de ce blog me demandant sous quel post j’allais intervenir. Il aura fallu les dauphins et le choeur des pleureuses pour que je clique sur « commentaire » un peu à contre-sens, car les propos du blog sont très suffisants et se passent donc de commentaires.

    J’en profite donc pour ajouter que si l’auteur de ses lignes passe un jour par Kyoto et qu’il ait le temps d’aller boire un verre quelque part, alors qu’il me fasse signe. On aura sûrement à échanger, bien que dans l’ensemble, après un peu plus de 20 ans de vie au Japon, je partage ses vues. À défaut de polémiques, nous resterons dans l’esprit harmonieux qui prévaut au Japon, mais nous aurons peut-être à échanger sur l’immobilier dans la région, un sujet qui m’occupe ces derniers temps.

    En tout cas bravo, enfin un blog clair, précis et sans bla bla.

  5. tokyomonamour dit :

    Cher P3X (fan de stargate?), je serais ravi d’aller boire un verre avec toi sur les bords de la Kamo lors d’un futur passage chez les kyotoites. Et si l’immobilier te préoccupe, ce sera un sujet de conversation supplémentaire une fois épuisé nos munitions verbales sur les dauphins et autres cétacés!

Laisser un commentaire

 

Les anniversaires des stars |
FRANCESCA esprit Channeling |
Sénégal Junior Intelligence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| bobs3
| Hôtel le Renaissance